Comprendre et développer
la Personne, l'Entreprise, la Société
Mot de passe
perdu ?
Inscrivez-vous dans les communautés de votre choix pour accéder aux témoignages thématiques Créez votre CV citoyen !

Votre vision globale



Antoine Vaccaro

Antoine Vaccaro, Président co-fondateur du Centre d’étude et de recherche sur la Philanthropie (CerPhi)

Votre vision de la société et de l'entreprise en 1 phrase
Antoine Vaccaro, Président co-fondateur du Centre d’étude et de recherche sur la Philanthropie (CerPhi)
L'essentiel de votre point de vue en quelques lignes
Perte du collectif : Gare à la "société d’irresponsabilité et de défiance"
Le diagnostic que vous portez sur votre environnement professionnel, sur votre secteur d'activités, sur la place de la France en Europe et dans le monde
Nécessité absolue que les intelligences se mettent au service du collectif
Les pistes que vous proposez pour développer ensemble la cohésion sociale et la performance durable
Dans la tradition française, le corps social délègue ses responsabilités aux Hommes de l’Etat, à une élite. Lié à une pression fiscale plus élevée que dans les autres grandes démocraties, ce transfert de responsabilité vers la sphère publique ne peut qu’engendrer de l’irresponsabilité individuelle. De surcroît, une opinion publique mal informée du fonctionnement et des entrelacements des mécanismes économiques et des rouages sociaux ne peut qu’entraîner un faible entendement des réalités, des contre sens et donc des postures à contre courant des mesures indispensables. Par exemple, les primes de charbon pour les chauffeurs de la SNCF alors qu’il n’y a plus de charbon ; le Contrat Première embauche rejeté par des stagiaires non payés alors même qu’il aurait obligé les entreprises à les rémunérer ; la gauche qui veut que l’université soit gratuite pour tous alors que ce sont les classes moyennes et supérieures qui en profitent, etc...

Les échecs de notre système renforcent les corporatismes et engendrent la défiance vis à vis des Hommes de l’Etat. L’insécurité pousse certains à l’extrême droite, tandis que les délocalisations en poussent d’autres à l’extrême gauche. Les classes moyennes ont du mal à maintenir leur niveau de vie et sont tirées vers le bas : leur seule perspective est souvent de prendre le descenseur social (1).


 


Passer de la démocratie d’opinion à la démocratie délibérative

Notre schéma actuel de fonctionnement de type électoraliste ne nous permet pas de comprendre notre passé, notre présent, ni notre futur. Nous devons trouver un moyen de décrypter, puis d’expliquer la complexité d’un tissu mondialisé aux enjeux entrecroisés. Il nous faut ajouter, au système actuel, du temps de la délibération, préparatoire des décisions.


La triple performance du don : économique, sociale et thérapeutique

Ceux qui ont reçu de la société doivent apprendre à redonner. Il faut favoriser la dynamique du contre don collectif. Les études Nord-américaines où les dons sont cent fois plus nombreux qu’en France montrent que les gens qui donnent sont en meilleure santé que ceux qui ne donnent pas. Le don et l’échange font grandir ; les donateurs ont une plus grande espérance de vie.

Nous comptons de plus en plus de bénévoles. Toutefois, cette vivacité sociale est freinée par l’individualisme qui disperse l’énergie : par scepticisme, l’altruiste préfère souvent créer sa propre association que rejoindre un cadre collectif.

________________

(1) "Le Descenseur Social", Enquête sur les milieux populaires", n°5, Fondation Jean Jaurès/Plon, avril 2006, par Philippe Guibert et Alain Mergier
Contributeur : Antoine Vaccaro

Autres témoignages sur ce site

Copyright © Odis, 2005-2017 | Mentions légales | Inscription | Contact | Haut de page